Recommandé, 2020

Choix De L'Éditeur

Définition 10 moments importants dans la lutte contre l'homophobie

L'homophobie est le sens des préjugés, du rejet ou de la haine que certaines personnes ressentent pour les gays, les lesbiennes, les bisexuels, les transsexuels, les travestis et les transgenres.

La lutte contre l'homophobie et la garantie des droits des homosexuels se poursuivent depuis de nombreuses années. Il reste encore beaucoup à faire pour mettre fin à l'homophobie et aux préjugés, mais des mesures importantes ont déjà été prises.

Découvrez quelques moments historiques importants dans la lutte contre l'homophobie au Brésil et dans le monde.

1. La révolte de Stonewall

La révolte de Stonewall, qui a eu lieu à New York en 1969, est un moment important dans la lutte contre l'homophobie, car elle a commencé à organiser divers mouvements de défense des droits des homosexuels .

La révolte a été caractérisée par diverses manifestations organisées par des membres de la communauté LGBT en réaction à une invasion policière au bar Stonewall Inn, le seul bar gay existant dans la ville.

Il était courant que la police se rende au Stonewall Inn pour mener des opérations de police et éventuellement arrêter des travestis ou des transsexuels. Cependant, le soir du 28 juin 1969, lors d'une autre opération de police, de nombreux clients du bar furent emmenés au poste de police.

Cela a contrarié les clients du Stonewall Inn: à partir de ce moment-là, les clients du bar ont commencé à dénoncer l'action de la police, de nouvelles personnes ont été arrêtées et la révolte a pris de l'ampleur. Les nuits suivantes, les clients du bar sont revenus sur les lieux et sont descendus dans la rue pour protester contre les agressions policières.

La révolte de Stonewall a donné la force à d'autres groupes homosexuels de s'organiser aux États-Unis et, un an plus tard, plusieurs défilés de la fierté gay sont apparus dans le pays.

Soulèvement de Stonewall (1969)

2. Fondation du groupe gay de Bahia

Le Gay Group of Bahia (GGB) est une association créée en 1980 pour défendre les droits de la population homosexuelle. La fondation du groupe est un moment remarquable dans la lutte contre l'homophobie, car le Gay Group of Bahia a été la première association de ce type au Brésil.

Le groupe existe encore aujourd'hui et est très actif dans la lutte contre l'homophobie et pour la conquête de l'égalité des droits des homosexuels. Le GGB mène également des travaux liés à la prévention de la transmission du virus du sida, à la diffusion d'informations sur l'orientation sexuelle et à la lutte contre les préjugés.

Le GGB fait partie de la Commission nationale sur le sida, de la Commission internationale des droits de l'homme des gays et des lesbiennes et du Secrétariat aux droits de l'homme de l'Association brésilienne des gays, lesbiennes, bisexuels, transsexuels, transsexuels et intersexués (ABGLT).

3. Élection de Harvey Bernard Milk

L'Américain Harvey Milk (1930-1978) était un homme politique et un militant des droits des homosexuels, élu en 1977 au poste de superviseur de la ville de San Francisco, en Californie.

En plus de son importance en tant que militant, l'élection de Milk constitue une étape importante dans la lutte contre l'homophobie puisqu'il est le premier homme politique gay à être élu à une fonction publique.

Harvey Milk a été assassiné après presque un an de mandat, mais il avait auparavant pu adopter une loi sur la protection des droits des homosexuels dans la ville.

En 2009, un décret fut créé en Californie pour créer le "Harvey Milk Day". La date a été créée pour honorer et rappeler l’élection du premier homme politique déclaré gay.

Harvey Bernard Milk

4. Autonomisation sur le fait que l'homosexualité n'est pas une maladie

Jusqu'en 1985, au Brésil, l'homosexualité était considérée comme une déviation du trouble sexuel, ainsi définie dans le Code de protection sociale relatif à la santé de l'époque. Le terme utilisé pour définir la déviation était homosexualité. Ce terme n'est plus utilisé, car le suffixe "isme" désigne l'indication d'une maladie.

D'un mouvement créé par le groupe gay de Bahia, le Conseil fédéral de médecine a décidé en 1985 de supprimer l'homosexualité de la liste des troubles sexuels.

Cinq ans plus tard, en 1990, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a suivi le même chemin et a retiré l'homosexualité de la liste des troubles sexuels.

5. Utilisation du terme orientation sexuelle au lieu de choix sexuel

Reconnaître l'utilisation du terme orientation sexuelle plutôt que du terme choix sexuel est également une caractéristique importante de la lutte contre l'homophobie. Cet échange représente la reconnaissance du fait que l' homosexualité est une condition biologique qui fait partie de la nature de la personne.

Cela signifie que l'homosexualité n'est pas une option, mais une caractéristique génétique qui fait partie de la nature de la personne. L'homosexualité est donc une caractéristique de l'identité sexuelle d'une personne, c'est-à-dire qu'elle ne constitue pas un mode de vie optionnel.

6. Émergence du défilé de la fierté LGBT à São Paulo

Le défilé de la fierté LGBT de la ville de São Paulo a lieu depuis 1997. Cet événement, considéré comme l'un des défilés de LGBT les plus importants et les mieux organisés au monde, a rassemblé plus de 4 millions de participants dans l'une de ses éditions.

Parada, organisé par l'Association de défilé de la fierté gaie, lesbienne, bisexuelle et transgenre de São Paulo (APOGLBT), est l'un des événements les plus importants de la lutte contre l'homophobie au Brésil.

La parade de la fierté LGBT à São Paulo est connue pour être un acte politique et de résistance de la population LGBT. Au cours de la manifestation, en plus de la marche, des débats et des discussions sont en cours sur les questions relatives aux droits des LGBT.

Le défilé de la fierté LGBT à São Paulo est l'un des plus importants au monde (photo: Paulo Pinto / Public Pictures)

7. Permission d'adoption pour couples homosexuels

Au Brésil, il n’existe toujours pas de loi réglementant l’adoption d’enfants par des couples homosexuels. Mais la justice brésilienne a déjà reconnu ce droit et de nombreuses adoptions ont déjà eu lieu depuis 2005.

Bien que la loi régissant l’adoption n’existe pas encore, les différentes affaires dans le pays ont fait l’objet d’une jurisprudence (rassemblement de décisions judiciaires dans des situations similaires). L'existence de ces décisions a peu à peu facilité les processus d'adoption.

8. Reconnaissance de l'union civile ou du mariage homosexuel

Au Brésil, l'union civile entre personnes du même sexe a été reconnue comme un droit en 2011. Depuis 2013, en vertu de la résolution 175/13 du CNJ, il est permis d'épouser deux personnes du même sexe. le sexe. Toujours selon la résolution, aucun bureau de l'état civil ne peut refuser d'enregistrer le mariage.

Il reste encore beaucoup à faire, mais de nombreux pays reconnaissent déjà ce droit. Certains reconnaissent déjà le mariage (comme le Brésil) et d'autres reconnaissent l'union civile, ce qui garantit également, dans la pratique, la protection des droits relatifs à la vie commune.

Outre le Brésil, d'autres pays reconnaissent déjà l'union civile homoafetiva ou le mariage. Des exemples sont l'Argentine, la Colombie, l'Équateur, le Mexique, les États-Unis, le Canada, la France, l'Espagne, le Portugal, le Danemark, la Finlande, le Royaume-Uni et la Suède, entre autres.

La possibilité d'une union civile entre homosexuels est importante car elle implique que l'État reconnaît non seulement l'union affective, mais confirme l'existence de droits issus d'une relation de ce type.

Par exemple: des droits à l’union civile des homosexuels sont garantis, tels que le partage des avoirs acquis pendant le mariage, le paiement des pensions et la possibilité de procréation médicalement assistée ou d’adoption d’un enfant.

9. Autorisation de changer le nom dans l'état civil

Le changement de nom dans l'état civil des naissances au Brésil est autorisé, à condition qu'il soit fait et prouvé l'opération du changement de sexe.

Il est important de savoir que le pouvoir judiciaire brésilien a déjà reconnu le droit des transsexuels non traduits à effectuer le changement de nom dans l'état civil. La décision est récente et le pays ne dispose pas encore de loi, mais la reconnaissance du pouvoir judiciaire peut encourager une loi réglementant la question.

10. Droit d'utiliser le nom social

Le nom social est le nom par lequel les personnes identifiées comme transsexuels ou travestis souhaitent être socialement reconnues . C'est le nom avec lequel ces personnes s'identifient, car il est courant que leurs noms d'enregistrement ne soient pas identifiés avec son genre. L'utilisation du nom social ne doit pas être confondue avec le changement de nom dans le registre des naissances civil.

En savoir plus sur l'identité de genre.

Le Brésil garantit le droit d'utiliser le nom social dans des événements publics, l'enregistrement de formulaires, l'enregistrement dans des compétitions publiques, entre autres. Cette réalisation est importante car elle affirme la reconnaissance de l'identité de genre des travestis et transsexuels. L'utilisation du nom social est reconnue depuis 2016 avec la publication du décret n ° 8727/16.

En savoir plus sur les significations de l'homophobie et des LGBT.

Catégories Populaires

Top